Nouvelles de la CSILC

Déclaration de la société civile sur le projet de loi C-59

Le 5 avril, 2018

Déclaration de la société civile sur le projet de loi C-59, Loi concernant des questions de sécurité nationale

Le gouvernement canadien a déposé le projet de loi C-59 en affirmant explicitement que ce dernier est une solution aux «aspects problématiques» de son prédécesseur, le projet de loi C-51 — maintenant la Loi antiterroriste de 2015.

Nous, les organisations de la société civile et les expert.es individuel.les soussigné.es, sommes préoccupé.es par le fait que le projet de loi C-59 non seulement ne règle pas tous les problèmes liés à la législation actuelle sur la sécurité nationale, mais il introduit aussi des nouveaux problèmes très sérieux.

Le projet de loi a été renvoyé au Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes (SECU) après la première lecture, laissant la porte ouverte à d’importants amendements. SECU a eu l’occasion d’entendre plusieurs d’entre nous, et beaucoup d’autres, au sujet du projet de loi C-59 : ses lacunes, comment il dépasse les limites et comment il peut être amélioré afin d’assurer une approche de la sécurité nationale centrée sur les droits. Les jours et les semaines à venir sont une période cruciale pour faire entendre nos voix. Pendant que le projet de loi C-59 progresse au Parlement, notre gouvernement doit écouter ceux et celles qui pensent que le Canada mérite mieux et que cette loi peut et doit protéger la sécurité nationale tout en respectant fermement et sans équivoque les droits de la personne.

Les organisations de défense des droits humains et des libertés civiles s’entendent sur les aspects les plus troublants du projet de loi C-59. Nos préoccupations portent sur : 1) la légalisation de la surveillance de masse; 2) l’impossibilité pratique pour un individu de contester efficacement son inclusion sur la «liste d’interdiction de vol»; et 3) l’autorisation de lancer des cyberattaques donnée à l’agence de renseignement électronique du Canada, le CST. Bien que ces trois points ne représentent en aucun cas les seuls problèmes liés au projet de loi C-59 nécessitant des «correctifs», ils font partie des domaines où le changement est à la fois urgent et le plus largement soutenu.

Autorisation de la surveillance de masse

Nous reconnaissons qu’une augmentation de la responsabilisation en matière de sécurité nationale pourrait être réalisée grâce à la création du poste de Commissaire au renseignement ainsi que de l’Office de surveillance des activités en matière de sécurité nationale et de renseignement. Cependant, le projet de loi C-59 autorise expressément la surveillance de masse par la collecte de données en vrac et de données «accessibles au public» — un terme qui n’est pas clairement défini dans le projet de loi relativement aux «ensembles de données» recueillis par le SCRS, notre agence de renseignement domestique, et qui est défini de façon extraordinairement large pour le CST. Dans les deux cas, «accessible au public» est ouvert à des interprétations aussi générales que troublantes. En particulier, il n’est pas nécessaire que les informations accessibles au public aient été obtenues légalement. En l’absence de limites efficaces dans la loi, les organismes qui seront mis en place afin d’améliorer la reddition de comptes pourront réviser ou superviser les activités de surveillance de masse, mais pas nécessairement les empêcher ou les limiter. Le projet de loi C-59 abaisse également le seuil permettant au SCRS de recueillir de l’information sur les Canadien.nes. Alors que la cueillette devait auparavant être «nécessaire», elle n’aurait maintenant qu’à être «pertinente» à l’exercice des fonctions du SCRS. Même les données expressément reconnues comme n’étant pas directement et immédiatement en lien avec des menaces à la sécurité du Canada pourront être recueillies à l’avenir. Il y a eu peu de débats significatifs à savoir si ce seuil inférieur est nécessaire ou raisonnable compte tenu des objectifs que le gouvernement cherche à atteindre.

Procès et preuves secrètes pour les individus sur la liste d’interdiction de vol

Il n’a jamais été démontré que la liste d’interdiction de vol augmente la sécurité aérienne. Le projet de loi C-59 perpétue un régime qui limite sévèrement les droits en raison d’un simple soupçon de dangerosité qui ne peut être efficacement contesté dans le cadre d’un processus équitable et ouvert. Le système de réparation proposé par le gouvernement pour ceux et celles qui sont inclus.es, par erreur, sur une liste de personnes faisant l’objet d’un contrôle de sécurité renforcé («slow fly list») n’aide pas ceux et celles à qui ont interdit de voler. Ces personnes sont confrontées à un processus dans lequel elles peuvent légalement se voir refuser des informations pertinentes à leur cas, se voir refuser l’accès à leur propre procès, et dans lequel elles n’ont pas droit à un avocat spécial indépendant ayant accès à toutes les preuves contre elles. SECU a déjà recommandé un certain nombre de changements à la liste d’interdiction de vol, y compris l’utilisation d’avocats spéciaux. Certains d’entre nous, et d’autres, sont allés plus loin et ont plaidé en faveur de l’abrogation complète de la liste d’interdiction de vol. Les gouvernements successifs ont permis à ce système de durer pendant plus d’une décennie, et il est impératif que les problèmes qu’il pose en matière de droits fondamentaux soient reconnus et réglés.

galisation des cyberattaques par la «NSA du Canada», le Centre de la sécurité des télécommunications (CST)

Nous observons de dangereuses transformations opérées sur nos agences de «renseignement». Le projet de loi C-59 continue d’autoriser le SCRS à exercer des pouvoirs de «perturbation» et donne maintenant au CST des nouveaux pouvoirs de lancer des cyberattaques contre des personnes, des États, des organisations ou des groupes terroristes étrangers. Cela comprendrait le piratage, le déploiement de logiciels malveillants et les «campagnes de désinformation». Il existe un danger important de normalisation du piratage parrainé par l’État, sans parler de la tension évidente lorsque l’agence mandatée de protéger notre cyber infrastructure est aussi fortement encouragée à cacher et exploiter les vulnérabilités de sécurité pour ses propres attaques. Nous avons besoin d’une discussion publique sur les menaces auxquelles ces pouvoirs d’attaque sont censés répondre ainsi que sur les nouvelles menaces auxquelles ils pourraient nous exposer si une attaque canadienne dégénérait en cyberguerre.

Le gouvernement a dit aux Canadien.nes que la nouvelle loi «réparerait» la loi précédente. Au lieu de cela, nous avons un projet de loi qui répond nominalement à certaines préoccupations, mais exploite aussi cette opportunité afin d’introduire de nouveaux pouvoirs plus radicaux pour les agences de sécurité nationale.

Si l’objectif du projet de loi C-59 est vraiment de «réparer» les lois canadiennes sur la sécurité nationale, il reste encore beaucoup de travail à faire.

Signé par — en ordre alphabétique

Amnesty International Canada
Association canadienne des libertés civiles
Association canadienne des professeures et professeurs d’université
BC Civil Liberties Association
BC Freedom of Information and Privacy Association
Fédération canadienne des étudiant et étudiantes
Canadian Journalists for Free Expression
Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles
Conseil national des musulmans canadiens
Inter Pares
Lawyers’ Rights Watch Canada
Ligue des droits et libertés
MiningWatch Canada
National Union of Public and General Employees
OpenMedia
Conseil du Canada de l’Accès et la vie Privée
Rideau Institute
Rocky Mountain Civil Liberties Association
Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy & Public Interest Clinic (CIPPIC)
Syndicat canadien de la fonction publique
Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes
Voix juives indépendantes Canada

Comme individu.e.s:

Elizabeth Block, Independent Jewish Voices, Canadian Friends Service Committee
James L. Turk, Director, Centre for Free Expression, Ryerson University
Sharon Polsky, MAPP, Data Protection Advocate & Privacy by Design Ambassador
Sid Shniad, Member of the national steering committee, Independent Jewish Voices Canada

 

AGISSEZ!

PARTAGER CETTE DÉCLARATION AVEC LE PARLEMENT

 

Ressources contre l’islamophobie

Le 29 janvier 2018 marquait le premier anniversaire de l’attentat contre la mosquée de Québec qui a tué six hommes et blessé 19 personnes. La CSILC s’engage à combattre l’islamophobie, à la fois cause et conséquence des fondements et de la mise en oeuvre racistes de la sécurité nationale.

Malgré de nombreux incidents haineux rapportés dans les médias l’année dernière, ainsi que le caractère manifestement islamophobe du massacre du 29 janvier 2017, beaucoup de gens semblent penser que l’islamophobie n’est pas réelle, et que le mot a été créé récemment pour étouffer la liberté d’expression et la critique de l’Islam. Nous savons que cela est faux et que cette croyance est une tentative de détourner l’attention des attaques très réelles contre les Musulman.es.

D’autres savent que l’islamophobie est réelle, mais ignorent comment la combattre. Voici donc une liste de ressources (non exhaustive et la majorité en anglais malheureusement – si vous avez des ressources francophones, faites-nous signe!) qui peuvent vous aider à mieux comprendre et/ou montrer aux autres ce qu’est l’islamophobie et comment la combattre. N’hésitez pas à les utiliser et à les partager dans vos réseaux!

LE MÉMOIRE SUR L’ISLAMOPHOBIE AU CANADA EN 2017 DU CENTRE CULTUREL NOOR

Ce mémoire a été soumis par le Centre culturel Noor au Comité parlementaire du Patrimoine, pour ses audiences sur la motion M103 sur l’islamophobie au Canada. La CSILC soutient ce mémoire et vous suggère fortement de le lire et de le partager dans vos réseaux. http://www.noorculturalcentre.ca/?p=16629

FORMATIONS ET ATELIERS

Les formations du Conseil national des Musulmans canadiens: https://www.nccm.ca/connect/training/

Quelques diapositives de l’atelier sur l’islamophobie donné par Rana Nazzal durant le symposium Tools for Change organisé par OPIRG Carleton en 2017 :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SITES WEB

Le blogue, les éditoriaux et les livres de Monia Mazigh: https://moniamazigh.wordpress.com – suivez-la sur Twitter @MoniaMazigh

Carte des incidents islamophobes au Canada : https://www.nccm.ca/map/

Fear Inc.: Explorez le réseau de 57 millions de dollars qui alimente l’islamophobie aux États-Unis: https://islamophobianetwork.com

Réseau contre l’islamophobie: https://jewishvoiceforpeace.org/network-against-islamophobia/

ARTICLES

Sondage de 2018 sur l’islamophobie au Canada: http://www.cjpme.org/islamophobia

Les Musulman.es sont souvent collectivement blâmé.es pour chaque acte de terreur. La psychologie explique comment combattre cette association. https://www.vox.com/science-and-health/2017/11/30/16645024/collective-blame-psychology-muslim

Quand vous voyez des gens qui demandent pourquoi les Musulman.es ne dénoncent pas le terrorisme, montrez-leur ceci : Un document Google de 712 pages démontrant que les Musulman.es dénoncent bel et bien le terrorisme :  https://www.theguardian.com/world/shortcuts/2017/mar/26/muslims-condemn-terrorism-stats

Islamophobie : Le bon mot pour nommer un problème réel : http://bridge.georgetown.edu/islamophobia-the-right-word-for-a-real-problem/

Un guide destiné aux non-musulman.es pour combattre l’islamophobie : http://muslimgirl.com/36100/heres-non-muslim-guide-standing-islamophobia/

Always Already Suspicious: The Inherent Racism of National Security in Canada, une présentation d’Azeezah Kanji: iclmg.ca/always-already-suspicious-the-inherent-racism-of-national-security-a-talk-by-azeezah-kanji

PERSONNES ET PAGES À SUIVRE SUR FACEBOOK & TWITTER

Conseil national des Musulmans canadiens: https://www.facebook.com/NCCMuslims/ & https://twitter.com/nccm

Linda Sarsour: https://www.facebook.com/lsarsour/  & https://twitter.com/lsarsour

Dalia Mogahed: https://www.facebook.com/profile.php?id=507181698

Middle Eastern Feminist: https://www.facebook.com/themiddleeasternfeminist/

Muslim Girl: https://www.facebook.com/muslimgirlarmy/

The Secret Life of Muslims: https://www.facebook.com/SecretlifeofMuslims/

Muslim Lives Matter: https://www.facebook.com/muslimlivesmatter/

Coalition Against White Supremacy & Islamophobia (CAWSI): https://www.facebook.com/groups/1792848744374213/

Collectif Canadien Anti-Islamophobie: https://www.facebook.com/Collectif.Canadien.Anti.Islamophobie/

Association des Musulmans et des Arabes pour la Laïcité au Québec: https://www.facebook.com/AMALQuebec/

LIVRES

Arun Kundnani, The Muslims are coming: Islamophobia, Extremism and the Domestic War on Terror, 2015

Deepa Kumar, Islamophobia and The Politics of Empire, 2012

Nathan Lean, The Islamophobia Industry: How the Right Manufactures Fear of Muslims, 2012

VIDÉOS

Notre panel sur la sécurité nationale et l’islamophobie au Canada avec Monia Mazigh et Yavar Hameed:

Islam, the Quran, and the Five Pillars All Without a Flamewar: Crash Course World History #13:

Islam and Politics: Crash Course World History 216:

Emotional speech by Muslim woman on Islamophobia in Canadian parliament:

What do you think when you look at me? | Dalia Mogahed :

Extreme(ly queer) Muslims series:

Islamophobin, a gum to cure anti-Muslim bigotry!

7 Questions British Muslims Are Tired of Hearing:

Things Not To Say To Someone Who Wears A Burqa:

Some of the Best Responses to Islamophobia in 2016:

Documentaire Reel Bad Arabs, How Hollywood Vilifies a People:

D’autres TedTalks sur l’islamophobie :

https://www.youtube.com/results?search_query=ted+talk+islamophobia

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. À la CSILC, nous travaillons sans relâche afin de protéger et promouvoir les droits humains et les libertés civiles dans le contexte de la soi-disant « guerre au terrorisme » au Canada. Nous ne recevons aucune aide financière des gouvernements municipaux, provinciaux et fédéral, ni d’aucun parti politique.

Vous pouvez devenir notre mécène sur Patreon et recevoir des récompenses en échange de votre soutien. Vous pouvez donner aussi peu que 1$ par mois (c’est seulement 12$ par année!) et vous pouvez vous désabonner en tout temps. Tout don nous aidera à poursuivre notre travail.

support-us

Vous pouvez également faire un don unique ou donner mensuellement par Paypal en cliquant sur le bouton ci-dessous. Vous hésitez à donner? Consulter la page sur nos nombreuses Réalisations et Acquis depuis 2002. Merci de votre générosité!

Le financement d’un mécanisme de recours n’est qu’un premier pas vers la résolution des problèmes de la liste d’interdiction de vol du Canada

(Ottawa, le 28 février 2018) La Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles accueille favorablement l’annonce faite hier par le gouvernement fédéral du financement d’un système de recours pour corriger les faux positifs dans le Programme de protection des passagers, mieux connu sous le nom de la «Liste d’interdiction de vol».

«Depuis trop longtemps, le gouvernement canadien a refusé de prendre des mesures afin de corriger les signalements erronés en lien avec la liste d’interdiction de vol», a déclaré Tim McSorley, coordonnateur national de la CSILC. «Avec cette promesse de financement, nous espérons voir une solution rapidement mise en place pour protéger les voyageurs et voyageuses contre les délais répétitifs, les interrogatoires et autres indignités lors de leurs vols en provenance et à destination du Canada.»

Le gouvernement promet un financement de 81,4 millions de dollars sur cinq ans afin de créer un «modèle de contrôle centralisé» et d’établir un mécanisme de recours pour les voyageurs et voyageuses.

Au cours de la dernière décennie, le problème des faux positifs a entraîné des centaines de cas documentés d’individus identifiés à tort comme étant sur la Liste d’interdiction de vol. Ces cas ont été révélés en partie grâce au travail acharné du collectif #NoFlyListKids. Ce problème touche non seulement les adultes, mais les enfants aussi jeunes que quelques mois seulement.

Les impacts subis par ces personnes ne sont pas négligeables et comprennent des retards importants, des coûts imprévus en raison de vols et de correspondances manquées, des interrogatoires intensifs par les agents de sécurité des aéroports, des impacts sur le travail en raison de difficultés de déplacement, des problèmes pour retourner au Canada, et même des craintes d’être arrêté par des autorités étrangères.

Les défenseurs et défenseures des libertés civiles, y compris la CSILC, demandent depuis longtemps un système de recours centralisé afin de corriger ces faux positifs. Le budget fédéral ouvre la porte à ce que cela devienne une réalité et que la question des faux positifs soit enfin résolue.

Cependant, un système de recours n’est qu’une étape dans la résolution des problèmes de la Liste d’interdiction de vol du Canada. Les faux positifs servent à mettre en évidence des préoccupations encore plus fondamentales avec le régime. Ceux-ci incluent:

  • La nature secrète de la liste : les personnes ne sont pas en mesure de savoir si elles y sont répertoriées à moins qu’on leur interdit de monter à bord d’un avion;
  • Des problèmes de procédure : Si une personne porte plainte quant à son inscription sur la liste, l’accès à l’ensemble des informations ou des preuves utilisées pour l’inclure sur la liste n’est pas garanti, compromettant ainsi la possibilité d’une défense complète et adéquate.

La CSILC continuera donc d’exhorter les législateurs et législatrices à abroger la Liste d’interdiction de vol, notamment en modifiant le projet de loi C-59, Loi de 2017 sur la sécurité nationale.

– 30 –

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. À la CSILC, nous travaillons sans relâche afin de protéger et promouvoir les droits humains et les libertés civiles dans le contexte de la soi-disant « guerre au terrorisme » au Canada. Nous ne recevons aucune aide financière des gouvernements municipaux, provinciaux et fédéral, ni d’aucun parti politique.

Vous pouvez devenir notre mécène sur Patreon et recevoir des récompenses en échange de votre soutien. Vous pouvez donner aussi peu que 1$ par mois (c’est seulement 12$ par année!) et vous pouvez vous désabonner en tout temps. Tout don nous aidera à poursuivre notre travail.

support-us

Vous pouvez également faire un don unique ou donner mensuellement par Paypal en cliquant sur le bouton ci-dessous. Vous hésitez à donner? Consulter la page sur nos nombreuses Réalisations et Acquis depuis 2002. Merci de votre générosité!

Page 1 sur 4512345...102030...Last »