Libertés civiles, sécurité nationale et solidarité internationale

24609260915_a840b027e5_oIl y a peu de pays aujourd’hui où les citoyen.nes et les organisations de la société civile ne sont pas sévèrement touché.es par l’empiétement de l’État de sécurité nationale et l’utilisation de la «lutte au terrorisme» pour réprimer la dissidence et l’opposition politique.

Le Canada a eu son propre vacillement dans ce sens, en commençant par la première Loi antiterroriste de 2001, jusqu’à son successeur, le projet de loi C-51, la Loi antiterroriste de 2015, et une myriade d’autres politiques et lois dans leurs orbites : les listes d’interdiction de vol, les limites à la citoyenneté, les changements aux politiques d’immigration, les vérifications de comptes d’organismes de bienfaisance, les réductions de financement, et les atteintes à la liberté d’association, d’expression, de mouvement et au respect de la vie privée.

Ces lois et décisions politiques n’ont pas seulement un impact au pays. Elles posent aussi de graves conséquences à l’étranger, tant dans leur effet sur les organisations canadiennes qui travaillent en solidarité avec leurs alliés à l’échelle internationale que dans la licence sociale qu’elles accordent à d’autres gouvernements pour adopter des lois semblables.

Depuis 16 ans, la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles (CSILC) s’emploie à protéger les droits et libertés au Canada et à l’étranger de l’impact de la guerre contre le terrorisme, des lois antiterroristes et des agissements secrets des agences de sécurité nationale.

Cette tâche est difficile. Toutefois, compte tenu du contexte actuel d’un gouvernement canadien nominalement plus favorable à la protection des droits et d’un paysage international qui constitue une menace majeure pour les libertés fondamentales, il s’agit d’un moment d’action important. Les membres de la CSILC et ses partenaires à l’échelle internationale – allant des groupes de défense des droits de la personne aux groupes protégeant l’environnement, aux syndicats des travailleur.ses et aux groupes confessionnels – offrent un positionnement idéal à la coalition pour contribuer à répondre aux préoccupations entourant la réduction de l’espace pour la société civile.

Ce document présente notre compréhension du chevauchement des intérêts et préoccupations entre la CSILC et le secteur de la coopération internationale, et présente des opportunités pour ce que nous considérons être d’importants domaines de collaboration.

Si vous croyiez que votre organisation bénéficierait de cette expertise et d’une collaboration, ou si vous êtes intéressé.es à contribuer à nos efforts pour protéger et promouvoir les droits de la personne et les libertés civiles dans le cadre de la lutte au terrorisme, nous vous invitons à contacter notre coordonnateur national, Tim McSorley, à national.coordination@iclmg.ca.

Lisez le sommaire exécutif (en anglais seulement)

Lisez le rapport complet (en anglais seulement)

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. À la CSILC, nous travaillons sans relâche afin de protéger et promouvoir les droits humains et les libertés civiles dans le contexte de la soi-disant « guerre au terrorisme » au Canada. Nous ne recevons aucune aide financière des gouvernements municipaux, provinciaux et fédéral, ni d’aucun parti politique. Tout don nous aidera à poursuivre notre travail.

Vous hésitez à donner? Consulter la page sur nos nombreuses Réalisations et Acquis depuis 2002. Merci de votre générosité!